Résumés session 2

Session 2 - Speaker 4 / Michael Hughes (Sharjah, Emirates)

 Beyond Surface: Crafting a New Curriculum in the Arabian Peninsula

 Hughes_Image1.jpg

Abstract: Beyond Surface describes a pedagogical model formulated to introduce and extend tactile, full-scale learning opportunities across an undergraduate design curriculum located in a region unaccustomed to haptic production. The experiments conducted to date attempt to distill lessons from advanced fabrication courses and distribute them throughout the architecture course sequence in order to better prepare students for the complexities of full-scale projects and contemporary, critical practice informed by contingent thinking and material craft. 

 

Session 2 - Speaker 5 + 6 / Pascal Rollet (Grenoble, France) et Olivier Balaÿ (Lyon, France)

Grands Ateliers: fifteen years of teaching through experimentation at ENSAG from 2001 to 2016

De la maison à 1000 briques à la chaire « Habitat du Futur », 30 années d’enseignement de l’architecture par l’expérimentation

Cette communication retrace la construction de la filière d’enseignement de l’architecture par l’expérimentation développée en région Auvergne-Rhône-Alpes depuis une vingtaine d’années et aboutissant aujourd’hui à un projet de chaire commune sur l’habitat écoresponsable économique.

Elle permettra de remonter aux expérimentations initiales conduites par le groupe CRAterre de l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble (ENSAG) dans le cadre de l’opération d’habitat social menée par la Société Immobilière de Mayotte dans cette petite île de l’Océan Indien entre 1978 et 1988. Elle se poursuivra par les opérations de démonstration de « la maison en vingt-quatre heures » sur le campus de Grenoble et de « la maison du futur » lors du salon habiter 88 dans la Grande Halle de la Villette à Paris. Elle évoquera l’exposition sur les cultures constructives réalisée à l’UNESCO en 1993 et les journées d’automne tenues à l’Isle d’Abeau en 1995, 1996, et 1997 comme les ferments de l’intégration d’un enseignement par l’expérimentation dans les écoles de Grenoble, de Lyon (ENSAL) et de St Etienne (ENSASE).

Mais c’est avec la mise en service des Grands Ateliers à Villefontaine, à partir de l’année 2000, et le lancement de la chaire « Architecture de terre, cultures constructives et développement durable » que l’enseignement expérientiel prend racine dans le sud-est de la France.

Depuis lors, les écoles françaises partenaires des GAIA, et leurs laboratoires de recherche, disposent d’un outil permettant la conception et la réalisation d’œuvres architecturales à l’échelle 1 :1 ainsi que l’expérimentation sur des systèmes constructifs et des matériaux. Quinze années accumulées de workshops conduits par les équipes pédagogiques et les chercheurs des écoles d’architecture de Grenoble, Lyon, St Etienne, Clermont-Ferrand, Montpellier et Paris Malaquais, en collaboration avec les écoles des beaux-arts de Lyon, St Etienne et Grenoble, l’ENTPE, l’INSA et le CSTB ont produit une somme d’expériences pédagogiques rejaillissant sur la formation de plusieurs miliers de jeunes architectes, artistes ou ingénieurs œuvrant dans le domaine de l’aménagement des espaces habités. Rejoints par des équipes des écoles d’architecture de Marseille, de Nancy, de Rennes, de Versailles, de Paris-la-Seine et de Paris-Belleville, mais aussi par celles d’écoles internationales comme la AA de Londres (UK), Saint Luc de Liège (Belgique), HTW Saar (Allemagne) ou UQAM (Canada), cette somme de connaissances a contribué à la diffusion de la notion d’apprentissage expérientiel dans le domaine de l’architecture et de l’aménagement des milieux de vie.

La communication montre comment ce mode pédagogique débouche sur des projets partagés avec des municipalités, des régions ou des communautés d’habitants en faisant le lien avec les entreprises et les industriels du secteur du bâtiment pour construire une démarche de co-création. Les projets conduits par la Team Rhône-Alpes liant des écoles d’architecture, d’ingénieurs et de commerce à des collectivités et des entreprises de la région pour le Solar Decathlon Europe illustrent de manière emblématique cette approche pluridisciplinaire de concevoir et construire l’habitat. Le projet Canopea, vainqueur de l’édition 2012 à Madrid, constitue une étape cruciale qui a ouvert une nouvelle ère dans l’histoire de l’enseignement par l’expérimentation aux GAIA.

Le projet Terra Nostra axé sur l’accessibilité économique à un habitat écoresponsable pour le plus grand nombre, réalisé dans le cadre de la conférence internationale Terra 2016 à Lyon, constitue l’aboutissement le plus récent de ces expériences. Le projet de « laboratoire de co-création » sur le site des GAIA mené en partenariat avec les enseignants-chercheurs du On-Site Lab issu de Virginia Tech en constitue le prolongement le plus novateur.

La communication montre comment cette démarche souhaite aboutir à de nouvelles manières de concevoir et construire les espaces habités par l’homme. Elle sous-tend aujourd’hui le projet de chaire partenariale sur l’habitat du futur présenté par les quatres écoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes en réponse à l’appel d’offre de la Direction de l’Architecture et du Patrimoine du Ministère de la Culture, avec le soutien des laboratoires de recherche CRESSON (CNRS), AE&CC (Labex) et Amàco (Idefi). L’objectif est d’aboutir à une « agence d’école » capable de former à la maîtrise d’œuvre dans le cadre de la pratique opérationnelle encadrée et reliée à la recherche finalisée par le biais de doctorats. Les thèmes de recherche et d’enseignement seront finalisés après le déroulement d’un certain nombre de séminaires : sur l'esthétique et la conception des bâtiments éco responsable, sur la technique et les matériaux à faible impact carbone, sur l'économie du bâtiment et la régénération de l'habitat dans les  territoires en décroissance, sur la mutation de l’existant au regard de l’histoire environnementale de l’architecture, sur l’intégration des technologies numériques pour la production du logement en masse.

 

Session 2 - Speaker 7 + 8 / Romain Anger et Laetitia Fontaine (Villefontaine, France)

L’expérience de la matière

IMG_6891.JPG

Résumé - Comment révéler la beauté des choses qui nous entourent ? Comment lever le voile qui recouvre le réel pour percevoir et éprouver, au-delà des apparences premières, le « cœur caché des choses » ? Pourquoi une telle révélation contient les germes d’une écologie politique des choses ? Qu’avons-nous encore à apprendre d’une goutte d’eau, d’une boue d’argile, d’un tas de sable, d’une feuille de papier, d’un brin d’herbe, d’une tranche de bois ou d’une simple pomme de pin ? Chacune à leur manière, ces matières ordinaires s’expriment avec un langage qui leur est propre. Elles n’utilisent pas de mots. Elles utilisent le langage du corps, des sens et des émotions. Elles nous touchent, elles captent notre attention et, se faisant, elles nourrissent nos intuitions et notre créativité. De nombreux artistes contemporains nous encouragent à changer de regard sur ces matières déconsidérées. Parmi eux, Giuseppe Penone nous dit ceci : « ce que je cherche vraiment, c’est de comprendre la matière. De découvrir et de révéler la pensée de la matière. La volonté d’un rapport d’égalité entre moi-même et les choses est à l’origine de mon travail ». Par un curieux hasard (?), la science développe des outils théoriques essentiels pour mieux comprendre ces mêmes matières ordinaires. Les comportements étranges du sable, de l’argile, des fibres et de l’eau font partie de terrains d’investigation scientifiques particulièrement prometteurs à l’heure actuelle. Comme l’art, la science contemporaine nous invite à prêter une attention nouvelle à des phénomènes auxquels, ordinairement, personne ne fait attention. Elle contribue à changer notre rapport à la matière et au monde. La matière inerte et déconsidérée se révèle étonnamment « vibrante » et animée.

 

Session 2 - Speaker 9 / Philippe Liveneau (Grenoble, France)

Digital Research by Design Laboratory: Serendipity and innovation trajectories

 

Session 2 - Speaker 10 - Eglantine Bigot-Doll (Lyon, France)

Experiencing Digital Paradigms in Architectural Design, implementation as a pedagogy.

05.jpg

MacDonell, H. L. (1982). Bloodstain Patterns. Corning, New York, USA: Laboratory of Forensic Science.

Abstract. This paper covers a research based on a pedagogy leaded with twenty students of master at ENSAL – school of architecture of Lyon, France – under the aegis of MAP-Aria – laboratory for architectural and digital models. As an architect-teacher-researcher in these fields, our study aims at developing strategies in CAD generated by the new paradigms which advanced digital tools imply today. Indeed, if analogic and digital stances seem to remain antagonist in matter of computer-aided design and manufacturing, we will focus on presenting the parametric schemes in a view to initiate a deep explorative and creative dimension leading to unexpected materialities and uses. The settled pedagogic situation is oriented on an innovative approach of the architectural project. Students’ works on scale, geometry and matter – associated and driven by an original heterotopic scenario – are developed during a full fall semester and are finally presented here. The adopted grid of restitution of the study is borrowed from David Kolb’s experiential learning cycle.

Résumé. Le présent article restitue une recherche fondée sur une pédagogie menée au sein d’un groupe d’une vingtaine d’étudiants à l’ENSAL – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon – sous l’égide du MAP-Aria – laboratoire des Modèles et simulations pour l’Architecture et le Patrimoine - Applications et Recherches en Informatique pour l’Architecture. En tant qu’architecte-enseignant-chercheur dans ces thématiques, notre étude tente de développer de nouvelles stratégies en CAO générées par les paradigmes contemporains qu’impliquent les outils digitaux actuels. Certes, si les postures analogiques et digitales sonnent comme antagonistes en matière de CFAO, nous nous concentrerons ici sur le développement de postures paramétriques visant à activer une forte dimension créative et prospective, pour nous mener ensuite vers des matérialités et usages originaux. Le cadre pédagogique institué s’oriente sur une approche innovante du projet d’architecture. Les travaux des étudiants sur l’échelle, la géométrie et la matière – associées et pilotées par un scénario hétérotopique original – sont développés au cours d’un semestre d’automne complet et présentés ici. La grille de restitution adoptée pour cette étude est empruntée au cycle d’apprentissage expérientiel de David Kolb.

e
Personnes connectées : 1